Boulimie
Causes, Diagnostic, Traitement, Evolution de la maladie

La boulimie est un trouble du comportement alimentaire, qui se caractérise par un rapport pathologique à la nourriture se manifestant par des ingestions excessives d'aliments, de façon répétitive et durable.

Causes de la boulimie

Les causes de la boulimie sont incertaines, probablement multiples et complexes. Elles sont probablement (et paradoxalement) les mêmes que l'anorexie, les deux maladies étant rarement indépendantes. (Une même patiente souffre très souvent d'un mélange des deux maladies).

PUBLICITÉ

Diagnostic

Qui est touché ? 

La boulimie est plus fréquente que l'anorexie, et elle lui est souvent associée. Elle touche plus volontiers la femme jeune, débutant souvent au cours de l'adolescence (entre 11 et 20 ans), et concerne en France 3% des adolescentes.

Cependant, ces chiffres peuvent être faussés à la baisse du fait de la difficulté à détecter la « boulimie avec purge » (vomissement, lavement,...) qui ne montrent pas les stigmates habituelles d'obésité ou de maigreur morbide.

On note une corrélation entre Trouble du Comportement Alimentaire (Boulimie et Anorexie) et Trouble de la sexualité. Une proportion anormalement élevée de cas d'abus sexuel lors de l'enfance et de l'adolescence a été soulignée par plusieurs études épidémiologiques.

Une interprétation psychiâtrique voit la boulimie comme une réaction de défense contre la séduction et l'acte sexuel par la déformation du corps (obésité notamment); au contraire de l'Anorexie qui viserait les mêmes objectifs en ramenant le corps à l'état prépubère (aménorhée notamment).

Comment se manifeste la maladie ? 

La boulimie entraine des comportements compulsifs de consommation de nourriture, en grande quantité, sur un cours laps de temps. Les aliments choisis sont assez stéréotypés : aliments très caloriques, volontiers sucrés (gâteaux, crèmes, glaces,...) parfois salés (charcuterie, fromages,...). Le déroulement de la crise est marqué par un début brutal, avec sensation de malaise, de vide, de grande anxiété, que la patiente ressent comme particulièrement pénible, et que l'ingestion massive et brutale de nourriture pourra calmer. Ce paroxysme anxieux se solde donc par la crise boulimique proprement dite, avec excès alimentaire, souvent accompagné de culpabilité, de perte de contrôle, et de sentiment de détresse face au trouble et à la honte d'avoir cédé à la pulsion. La crise peut durer jusqu'à ce que la malade ressente de violentes douleurs abdominales, signe que l'estomac est rempli, et signant souvent la fin de la crise. La patiente est alors souvent en prise à un malaise physique (associée à la douleur morale, la culpabilité, la honte) qui se résout souvent par des vomissements volontaires. Ces prises alimentaires sont souvent associées à un maintien du poids, en raison des tactiques de contrôle du poids : vomissements, prise de laxatifs, exercice physique, crise d'anorexie, diurétiques, lavements, médicaments coupe-faim.

Quels sont les critères pour retenir ce diagnostic ?

* Survenue régulière de crises boulimiques, telles que décrites ci-dessus.
* Stratégies de maintiens de poids.
* Les crises surviennent au moins deux fois par semaine, pendant au moins 3 mois.
* L'estime de soi est particulièrement influencée par le poids et la forme corporelle (c'est-à-dire que la patiente a des préoccupations excessives pour son poids, ses formes, la nourriture, etc.)
* Le trouble ne survient pas exclusivement pendant des périodes de boulimie. (sinon, on parle d'anorexie associée à des crises boulimiques).

Evolution de la maladie

* Disparition spontanée avec le temps, le plus souvent, mais non sans souffrance qui doit justifier une consultation spécialisée.
* Passage à la chronicité : la boulimie perdure, avec des rechutes fréquentes, et des risques sérieux pour la santé
* Apparition d'une dépression, de conduites addictives (drogues, alcool)
* Invalidité scolaire, affective, sociale.

Traitement

La prise en charge des patientes boulimiques est axée sur la psychothérapie : analytique parfois, d'écoute souvent. On y associe une thérapie nutritionnelle, et parfois une thérapie cognitivo-comportementale. Il existe également des groupes de soutien, sur le modèle des Alcooliques Anonymes : les Outremangeurs Anonymes. La prise en charge doit aussi favoriser l'insertion sociale, familiale, scolaire. Rarement, des antidépresseurs seront prescrits, pour surmonter un cap particulièrement pénible.

PUBLICITÉ



This article is licensed under the GNU Free Documentation License (www.gnu.org/copyleft/fdl.html). It uses material from the Wikipedia article "Boulimie" (fr.wikipedia.org/wiki/Boulimie).


RetourAmaigrissement RetourSanté

© 1999-2017 Helio A. F. Fontes
Copacabana Runners - Atletismo e Maratonas